Chambre d’hôtes - Marseille
Tél : 07 68 797 797 - Courriel : anne@terrassesurlamer.fr

Accueil > > Marseille et Emile Zola (1840-1902)

Marseille et Emile Zola (1840-1902)



"La foule se tassait, se pressait de plus en plus ; et il comprit que jamais il ne pourrait trouer ce mur formidable. Alors il se décida à tourner à la place Royale. Il descendit lentement la rue Vacon, prit la rue Beauvau, déboucha sur la Canebière.
Là, un spectacle étrange l’attendait.
La Canebière, dans toute sa longueur, du port au cours Belsunce, était emplie d’une cohue immense qui augmentait à chaque minute. De chaque rue descendait des flots de peuple. Par instants, des souffles de colère couraient dans la foule, et alors des cris s’élevaient, s’étendaient par larges ondes, pareils aux grondements profonds de la mer. Toutes les fenêtres se garnissaient de spectateurs ; des gamins étaient montés le long des maisons, s’accrochant aux devantures des boutiques.
Marseille entier se trouvait là, et chaque curieux tournait avidement les yeux vers le même point. Il y avait sur la Canebière plus de soixante milles personnes qui regardaient et huaient.
Lorsque Marius eut réussi à s’approcher, il comprit enfin quel était le spectacle qui attirait et retenait la foule. Au milieu de la Canebière, en face de la place Royale, se dressait un échafaud fait de planches grossières. Sur cet échafaud, un homme était lié à un poteau. Deux compagnies d’infanterie, un piquet de gendarmerie et de chasseurs à cheval entouraient la plate-forme et défendaient le condamné contre l’irritation croissante du peuple. "